Skip to content Skip to left sidebar Skip to footer

Adama Sangaré dénonce l’immixtion du gouvernement dans les prérogatives de la Mairie du district

La Mairie du district de Bamako sous la houlette de l’édile, Adama Sangaré, a tenu au courant lors de la deuxième session ordinaire de 2021 plusieurs points relatifs à l’état de la gouvernance de la ville de Bamako. Occasion indiquée pour le maire pour dénoncer l’immixtion de l’état dans les prérogatives de la mairie du district.

Au cœur de cette session tenue dans les locaux de la mairie district la relecture et l’adoption du procès verbal de la première session, l’examen du budget additionnel de l’exerce 2021, la situation financière de la mairie (l’état de recouvrement et l’exécution des recettes). S’y ajoute de l’état d’évolution des travaux de balayage, le curage des caniveaux et l’embellissement de la ville avec les services de la DSUVA et Ozone –Mali ainsi que la mise en œuvre de la convention de financement qui relie la mairie de Bordeaux et Bamako.

En présence des membres du conseil du district, Adama Sangaré a rappelé la conformité de cette session avec la loi numéro 2017-051 portant sur le code des collectivités. L’article 250 de cette disposition légale autorise un budget additionnel des collectivités territoriales en condition qu’elle intervienne avant fin juin. Ce montant additionnel, explique le maire, est destiné à corriger et à réajuster les prévisions du budget primitif. Pour cause, cette période de l’année coïncide avec une baisse drastique des recettes de la mairie obligeant souvent cette dernière a mené des opérations de contrôle inopiné de grande envergure des vignettes des engins à deux roues pour renflouer les caisses de la collectivité.

Exclusion de la Mairie dans l’assainissement de la ville

La problématique de l’assainissement de la ville était également à l’ordre du jour. Comme difficulté rencontrée sur ce sujet, le maire a relevé l’insuffisance des équipements et des ouvrages appropriés. Face à une telle situation, la mairie a changé le mécanisme de financement en secourant les services industriels de la place. Selon le maire, un accord de partenariat est déjà scellé avec la société Energy solution systèms-E2S (filiale du group SAER) pour la réalisation d’une centrale de transformation des déchets ménagers en énergie.

S’agissant du curage des caniveaux, Adama Sangaré a souligné le manque de financement en annonçant que des démarches ont été entreprises auprès- de l’exécutif pour la mise en disposition des fonds nécessaires pour ce faire. Par ailleurs, l’édile de la capitale a exprimé sa déception face à l’exclusion de la Mairie dans les opérations d’évacuation des décharges solides de Bamako et de Kati ainsi que de curage des collecteurs du district de Bamako. Il a dénoncé l’immixtion de l’état dans l’assainissement de Bamako qui, selon les textes en vigueur, relève des prérogatives du maire du district.

Adama Sangaré a déploré le fait que chaque fois des sommes importantes sont mobilisées pour l’assainissement et que la mairie soit mise hors de touche au profit du Ministère de l’assainissement et de l’environnement. Une telle attitude du gouvernement que le maire a catégoriquement déploré interpellant les plus hautes autorités à mettre l’hôtel de ville dans ces droits. Ce, en mettant à sa disposition des ressources financières nécessaires pour qu’elle puisse faire face à ces missions régaliennes relatives à la création d’un cadre de vie sereine pour les habitants de la capitale.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

0 Comments

There are no comments yet

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.