Communiqué de la direction des services urbains de voirie et d’assainissement

NOTE TECHNIQUE RELATIVE AUX ORDURES
SUR LE DÉPÔT DU DABANANI DU
05 AU 07 MARS 2018

Objet : Évacuation du dépôt de transit de Dabanani en Commune II du District de Bamako

I. Contexte :
Les agents de propreté de la Société Ozone Mali ont observé une grève les 05, 06 et 07 mars 2018 pour réclamer le paiement de leur salaire du mois de février 2018. Cet arrêt des opérations d’évacuation des dépôts de transit de la ville, a provoqué un débordement de certains dépôts sensibles dont celui du Dabanani, qui a fait l’objet d’une vidéo par Monsieur Mohamed NIARE le 07 mars 2018 à 7 heures 33 mn.

II. Analyse de la situation :
Le paiement du salaire de février ayant été fait le 07 mars 2018, les agents de propreté ont repris le travail et le dépôt du Dabanani a été totalement évacué le 08 mars 2018 et maintenu en état de propreté jusqu’à ce jour.

Le dépôt de transit du Dabanani, reçoit les ordures du :
– Centre Commercial en sa totalité,
– Quartier de Niarela ;
– Quartier de Bozola et
– Quartier de Bagadadji.
Ce dépôt reçoit quotidiennement 250 à 300 m3, qui sont évacués par des bennes à ordures ménagères de grosse capacité de la Société Ozone Mali, de 22 heures à 7 heures.

Cette vidéo, prouve l’efficacité de l’activité opérationnelle de la Société Ozone Mali sur le site qui aujourd’hui, est une place de vente, de parking et d’occupations diverses des opérateurs de la ville de Bamako.

Cette voie conçue pour décongestionner le trafic et faciliter le déplacement en centre ville, est occupée par le commerce depuis le square Patrice Lumumba, jusqu’au carrefour de l’Assemblée Nationale. Elle doit être totalement livrée à la circulation, objet du financement investi par notre Gouvernement dans le cadre de la mobilité urbaine de la ville de Bamako et particulièrement en Commune II du District.

III. Conclusion :
Pour résoudre le problème de ces dépôts en urgence, nous devons :
– Changer de comportement dans le sens de la propreté de notre environnement et de l’amélioration de notre cadre de vie ;
– Respecter les ouvrages et infrastructures urbains ;
– Accompagner les autorités dans leurs efforts d’aménagement de la ville pour notre bien-être ;
– Contribuer au développement en payant nos taxes, impôts et nos redevances.

Pour le cas du Dabanani, nous devons libérer la voie en acceptant les sites de recasement qui nous sont proposés pour la durée des travaux de reconstruction du marché Rose et des Halles aux légumes.

Bamako le 11 mars 2018.

Le Directeur DSUVA
Monsieur Oumar KONATE
Ingénieur des Constructions Civiles.

0 Comments

There are no comments yet

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *